Economie / International

Présentation de la stratégie du gouvernement sur le Commerce extérieur

Share this post

Le 23 février, j’étais aux côtés du Premier ministre Édouard Philippe à Roubaix, dans le Nord, pour la présentation du plan gouvernemental pour le commerce extérieur, qui vise à transformer le modèle d’accompagnement des PME à l’export afin que l’international constitue maintenant le débouché naturel de l’économie française.
Après avoir consulté pendant six mois les acteurs français de l’export (Business France, CCI, entreprises du secteur privé), le gouvernement s’engage désormais sur trois axes précis:

  1. La diffusion d’une culture de l’export et de l’international par le renforcement de la formation aux langues étrangères et au commerce international (former les étudiants à l’internationalisation d’une PME, former les futurs salariés et dirigeants de PME au commerce international).
  2. La réforme de l’accompagnement à l’export par un partenariat approfondi entre l’État et les régions ainsi qu’une grande simplification des démarches, notamment pour les PME-ETI  (guichet unique de l’export dans chaque région, plateforme numérique de solutions, dispositif simplifié à l’étranger).
  3. La réforme des financements export dans le sens d’une plus grande lisibilité pour les entreprises et d’une plus grande compétitivité vis-à-vis de la concurrence internationale (BPI France comme interlocuteur public unique aux côtés des PME/ETI, outils simplifiés comme par exemple l’assurance prospection, gamme de produits élargie et plus compétitifs pour répondre aux nouveaux besoins des entreprises dans l’environnement international, réformes spécifiques à l’Afrique sub-saharienne).

Sur ces trois volets, l’État se fixe une obligation de résultats : les entreprises doivent pouvoir utiliser un service public de soutien à l’export efficace et opérationnel, depuis nos territoires jusqu’à l’international où nos ambassades sont pleinement mobilisées. La diplomatie économique au service des entreprises ! J’y souscris pleinement d’autant plus que le ministère des Affaires étrangères m’avait confié cette mission pendant trois ans (2012-2015).
Pour rappel, la France a accusé, en 2017, un déficit de sa balance commerciale supérieur à 62 milliards d’euros, en constante dégradation depuis 15 ans. Sur le plan social, l’impact de ce déficit est considérable car il représente quelque 800.000 emplois perdus.

A Roubaix, en compagnie du secrétaire d’Etat Jean-Baptiste Lemoyne et de la députée LaREM Marie Lebec, tous trois très engagés auprès du Premier ministre sur la stratégie export de la France.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Articles Similaires

Accords commerciaux: les assurances apportées par la Commissaire européenne au Commerce