Affaires étrangères / Migrations

Visite ministérielle à Niamey

Share this post

TROIS SEMAINES SEULEMENT après une mission parlementaire que j’avais conduite au Niger en tant que président du groupe d’amitié France-Niger à l’Assemblée nationale, je suis retourné, à la mi-mars, à Niamey, cette fois avec une délégation ministérielle menée par Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur, et Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères et européennes.
Au coeur de ce déplacement, une « conférence sur la coordination pour la lutte contre les filières de passeurs » et le trafic illicite des migrants, qui réunissait neuf pays africains du Sahel, l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne. Son objectif: mettre en œuvre une action régionale concertée pour lutter en amont contre l’immigration irrégulière. Le Niger est, à cet égard,  l’allié essentiel de la France dans la stabilisation du Sahel face au terrorisme et au trafic d’êtres humains.

Avec mes collègues de l’Assemblée nationale et Marielle de Sarnez, présidente de la Commission des Affaires étrangères (au centre de la photo), pour des échanges confiants et constructifs avec nos homologues nigériens.

Avec mes collègues député(e)s, j’ai présenté au Président de la République du Niger, Mahamadou Issoufou, notre projet de rencontre interparlementaire G5 Sahel, qui pourrait se tenir à Paris dans le courant de l’année 2018. Parallèlement, nous avons remis une lettre d’invitation du Président de l’Assemblée nationale, François de Rugy, à son homologue nigérien. Notre objectif: impliquer les représentants des peuples (les parlementaires) dans l’Alliance Sahel.

Gérard Collomb a souligné l’importance d’une action concertée régionale pour démanteler les réseaux de passeurs et lutter contre le trafic d’êtres humains. Ci-dessus, en compagnie du ministre de l’Intérieur nigérien, Mohamed Bazoum, et du chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian.

Nous avons ensuite accompagné le ministre de l’Intérieur à Agadez (centre du Niger), qui fut jusqu’en 2016 le point de passage principal des routes migratoires irrégulières vers la Libye et les côtes italiennes. Après avoir visité la mosquée d’Agadez, trésor architectural du pays, il y a rencontré la mission de police de l’Union européenne « Eucap Sahel Niger ».

Il a ensuite visité un camp de migrants de l’Organisation Internationale des Migrations et s’est entretenu en face à face avec certains d’entre eux. Retrouvez leurs témoignages poignants dans cette vidéo:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Articles Similaires

Accords commerciaux: les assurances apportées par la Commissaire européenne au Commerce