Affaires étrangères / Migrations

La LPM 2019-2025 tournée vers nos partenaires africains

Share this post

À l’occasion de l’examen, de la loi de programmation militaire (LPM) pour les années 2019-2025 par la Commission des Affaires étrangères, j’ai attiré l’attention de mes collègues sur l’importance de redonner une place prépondérante au Parlement sur les enjeux de défense en permettant une meilleure information, notamment sur les opérations extérieures.
J’ai également évoqué le drame des familles des journalistes assassinés dans les zones en crise, à l’image de Ghislaine Dupont et Claude Verlon au Mali. J’ai ainsi souhaité interpellé sur le verrou du secret défense, trop souvent opposé à la recherche de la vérité dans ces affaires, en proposant de soumettre la déclassification d’informations nécessaires à l’enquête sous le contrôle du pouvoir judiciaire.
En tant que président du groupe d’amitié France-Niger, j’ai mis en avant le rôle de nos armées dans la stabilisation à long terme des régions vulnérables et notamment la zone sahélienne. Il me paraissait en effet important d’insister sur l’interdépendance entre sécurité et développement. Ainsi, deux de mes amendements ont été adoptés dans la LPM : l’un réaffirmant l’appui de la France à la force conjointe du G5 Sahel qui lutte aujourd’hui contre le terrorisme, le crime organisé transfrontalier et le trafic d’êtres humains dans cette zone ; l’autre appelant à un renforcement des capacités de financement européens et internationaux en matière de défense dans les zones prioritaires afin de permettre une meilleure prise en charge de leur propre sécurité par les forces armées de ces pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Articles Similaires