Divers

Un an déjà!

Share this post

Le 7 Mai 2017, vous avez élu Emmanuel Macron à la présidence de la République puis, en cohérence, lui avez donné une majorité à l’Assemblée. Convaincus ou résignés, vous avez opté pour une offre politique renouvelée, à l’appui d’un programme de modernisation de notre modèle économique et social. Engagés dans ce mandat unique, vos députés En Marche, issus, comme moi, de la société civile, ont été élus pour tenir cette promesse de changement. Aussi nous vous avons rendu compte, de façon permanente et directe, du chemin accompli depuis un an. Et nous continuerons à le faire tout au long de notre mandat.

Priorité n°1 : stimuler la création d’emplois dans les entreprises. Dès 2018, la baisse des charges sociales patronales et salariales redonne du pouvoir d’achat aux salariés et favorise l’embauche. La baisse de l’impôt sur les sociétés et de la fiscalité sur l‘épargne financière favorise l’investissement et donc l’emploi. Les ordonnances sociales ont assoupli le code du travail au profit d’un dialogue social adapté à la vie de l’entreprise. Au cœur des réformes, un seul mot d’ordre : donner sa chance à chacun(e) d’entre vous. Exemples: la réforme de la formation professionnelle recentrée sur les personnes les moins formées ; la relance de l’apprentissage ; la réforme de l’assurance-chômage à venir pour les porteurs de projets démissionnaires.

Priorité n°2 : rendre les services publics plus efficaces et mettre fin à la spirale de la dette publique. Là aussi, l’intérêt des usagers est au cœur des réformes. Le droit à l’erreur des administrés est désormais reconnu dans la loi. La réforme ferroviaire vise une modernisation du réseau et les investissements de la SNCF ciblent en particulier les lignes du quotidien. Le statut de la fonction publique est à l’étude pour une meilleure efficacité. La réforme scolaire remet à l’ordre du jour les critères d’enseignement fondamentaux, doublant les classes de CP dans les secteurs difficiles, réintroduisant les sections européennes ainsi que le latin, améliorant l’orientation post-bac. Enfin, des mesures concrètes touchent les plus faibles revenus, notamment la hausse des minima sociaux (vieillesse, handicap) et la suppression de la taxe d’habitation par tranche, dès l’automne, pour 80% des Français.

Priorité n°3 : rénover la vie politique. Premier acte fort de la mandature, la loi de moralisation de la vie publique a été votée à l’Assemblée en juillet 2017. Les conditions d’exercice du mandat parlementaire ont été clarifiées. Fin des emplois familiaux, frais certifiés, retraite au régime général, encadrement des activités de conseil, inéligibilité en cas de condamnation, autant d’éléments visant à renforcer la déontologie des élus de la République.

Bien d’autres chantiers ont été ouverts depuis un an, et souvent conclus : la lutte contre le terrorisme est renforcée à long terme, mettant fin à l’état d’urgence ; la police de sécurité du quotidien revient dans les quartiers sensibles ; la procédure pénale est simplifiée pour faciliter le travail des policiers. Par ailleurs, il est mis fin, entre autres, au Régime Social des Indépendants trop précaire, au conflit interminable de Notre-Dame-des-Landes, à l’exploitation néfaste des hydrocarbures à l’horizon de 2040. Un an après l’élection présidentielle, les résultats sont-ils au rendez-vous des attentes ?

De nombreux signaux sont au vert: la croissance de l’économie française est prévue autour de 2% en 2018 et surtout les promesses d’embauches atteignent un record à 2,35 millions (enquête Pôle Emploi-Credoc). Le déficit public, à 2,6% du PIB, est tombé à un plus bas depuis 10 ans tandis que le marché de l’immobilier poursuit son dynamisme.Enfin, l’image de la France n’a jamais été aussi bonne à l’étranger avec des conséquences positives sur les investissements étrangers, au plus haut depuis 10 ans (+16% en 2017), et sur le tourisme.
Alors, bien sûr, beaucoup reste à faire ! Vaincre le fléau du chômage, améliorer le système de santé ou encore moderniser les administrations ne résulte pas d’un simple vote mais d’une vraie réforme en profondeur de l’organisation de notre société. Une certitude: la dynamique est là, le sens est donné. La France s’est remise à avancer avec Emmanuel Macron, elle n’est plus « l’homme malade de l’Europe » mais une source d’espoir. Alors soyons fiers de notre France, qui résiste à la vague populiste mondiale et qui redonne de l’allant aux progressistes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Articles Similaires