A la une / Autres sujets

Réformes des retraites : un progrès social pour tous !

Share this post

L’année 2020 s’engage sous le signe d’une prochaine refonte de notre système de retraite. Après plusieurs mois ouverts au débat, parfois de façon très vive, la discussion du projet de loi donnera corps à cette réforme sociale majeure du quinquennat.

Mobilisé depuis 18 mois comme « ambassadeur de la retraite », j’ai pu prendre la mesure du travail effectué par le Haut-commissaire Jean-Paul Delevoye pour élaborer, proposer, concerter et prendre en compte les nombreuses spécificités du millefeuille indigeste que constituent nos 42 régimes actuels. J’ai eu l’occasion d’aborder, avec nombre d’entre vous, les perspectives de cette réforme dans le cadre d’ateliers citoyens, que j’ai organisés, notamment à Meudon et Vaucresson.

Les arbitrages retenus précisent le projet initial : un régime unique pour tous les Français, c’est la garantie pour chacun de bénéficier de la solidarité de tous les actifs, quel que soit son activité ; c’est le renouveau de notre système par répartition, enfin lisible et financé en totale transparence ; c’est la simplicité pour tous les Français, qui n’auront qu’un seul système à connaître, pour le calcul de leurs droits et de ceux de leur conjoint, la prise en compte de la pénibilité, les avantages familiaux.

C’est aussi une garantie d’équité : un euro cotisé donnera les mêmes droits à la retraite, quel que soit l’employeur, le statut public ou privé, salarié ou indépendant.

Un progrès social ouvrant de nouveaux droits

C’est aussi un progrès social ouvrant de nouveaux droits : une amélioration des retraites les plus modestes, à plus de 1.000 euros pour celles et ceux qui ont cotisé toute leur vie au SMIC ; une majoration de 5% pour les familles, en particulier pour les femmes, dès le premier enfant ; une pension de réversion augmentée pour de nombreux salariés ; des départs anticipés, jusqu’à deux ans, pour cause de pénibilité pour tous les salariés, du public comme du privé !

Ces décisions prises aujourd’hui ne sont qu’un point de départ. Un grand chantier nous attend, celui de la transition, qui permettra à chaque profession de converger à son rythme : les droits acquis par chacun dans les régimes existants restent acquis et rien ne change pour tous ceux qui seront à moins de 17 ans de la retraite en 2025. Mais c’est dès 2022 que le nouveau régime prendra son envol, en intégrant alors les nouveaux venus sur le marché du travail.

Pour 2020, je n’émets qu’un souhait : celui de poursuivre les échanges que nous avons ensemble, lors d’un rendez-vous au bureau parlementaire de Sèvres, pour partager vos projets, vos inquiétudes, vos interrogations. Ils me permettront de mieux vous représenter.

La décision du Président de la République de renoncer au privilège présidentiel en matière de retraite, attribuée par une loi de 1955, est une décision importante. Un nouveau mécanisme par points lui permettra de se mettre au niveau du système universel du futur régime de retraite. Tenant ainsi la promesse faite par Édouard Philippe lors de son discours du CESE, Emmanuel Macron donne l’exemple comme nous, députés français, nous l’avons fait en janvier 2018 en abolissant le régime spécial de retraite des députés pour l’aligner sur le régime des salariés de la fonction publique.

Vous souhaitez en savoir plus ? Je vous invite à me contacter pour un échange direct ou pour participer à un prochain atelier retraite en circonscription.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Articles Similaires

Retraites : rapporteur au service d’un système universel plus juste

Londres – Première Assemblée parlementaire pour l’Antarctique – Mobilisation des parlementaires en faveur de l’Antarctique