Circonscription

Écologie – Visite des forêts de notre circonscription avec M. Michel Béal et les équipes de l’ONF

Share this post

Le poumon vert des forêts de Meudon et de Fausses-Reposes représente 50% du territoire de la 8ème circonscription. Il est essentiel dans notre vie quotidienne mais aussi à l’échelle de la région parisienne.

De nombreux usagers et associations de la circonscription m’ont alerté sur les nombreuses coupes d’arbres effectuées en forêt. J’ai donc effectué, le 7 mai 2021, une longue visite pour prendre la mesure de la crise forestière et de l’action que mène l’ONF. Je remercie le directeur régional, Michel Béal, la responsable territoriale, Marianne de Brito, et leurs équipes de m’avoir accompagné.

Nous avons abordé quatre actions de l’ONF :

  • Les coupes de sécurité en limite de parcelle et de chemins, indispensables dans nos forêts urbaines et très morcelées : malgré les précautions prises, des accidents, parfois mortels, sont fréquents.
  • La sylviculture, qui a fait l’objet d’une réforme importante en 2017 : désormais les coupes rases mettant à nu les parcelles d’arbres d’une seule génération sont abandonnées au profit de futaies irrégulières. Des zones particulières sont laissées à l’état naturel pour permettre de développer la biodiversité. Une forêt n’est pas un parc !
  • La crise sanitaire : les châtaigniers sont atteints de la maladie de l’encre, un champignon qui reste dans le sol et dont le dérèglement climatique favorise le développement. Un hiver doux permet au champignon de proliférer et un été sec finit par tuer l’arbre. Sur certaines parcelles, l’ONF est contraint d’effectuer des coupes sanitaires importantes et plante de nouvelles espèces, comme le chêne, le merisier, le cormier ou le cèdre de l’Atlas. Le plan de relance post-Covid permet d’accélérer le reboisement dans certaines parties de la forêt.
  • L’accueil du public, qui nécessite d’adapter les stationnements, la signalisation, l’entretien des sites.

La gestion de la forêt est complexe. Les explications sur place, permettent de comprendre qu’une gestion de long terme peut justifier des paysages bouleversés.

Cependant, les citoyens attendent une qualité de gestion toujours plus élevée. Or, la gestion d’une forêt péri-urbaine est coûteuse et l’ONF n’en a pas les moyens. Si certaines actions sont cofinancées par les collectivités, il donner à nos collectivités de nouvelles responsabilités dans la gestion de nos forêts : elles en ont les moyens et doivent répondre à l’attente sociale, en plein dialogue avec les citoyens et leurs associations.

Mais l’objectif ne peut être de nos forêts des parcs comme celui de Saint Cloud. Ce sont avant tout des espaces de nature en constante évolution, et qui doivent pouvoir préserver leur biodiversité menacée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Articles Similaires

Visite de l’Observatoire de Meudon : entre patrimoine et progrès scientifique !

Visite de soutien à la brigade des sapeurs-pompiers à Meudon

Mon soutien aux professionnels et dispositifs de santé