A la une / Autres sujets

« L’Europe face à la question de l’asile » – Colloque avec France Terre D’Asile à l’Assemblée nationale – 28.10.2021

Share this post

Ce colloque de France Terre D’Asile, que j’ai parrainé et accueilli, a été l’occasion d’aborder des aspects essentiels sur la question de l’asile en Europe, et sur les politiques publiques migratoires en général.

Députés de la majorité, nous nous étions engagés, au début du quinquennat, à organiser un débat annuel sur ses sujets à l’Assemblée. Nous avions alors deux certitudes, que je défends encore fermement aujourd’hui :

  • La nécessité de sortir les sujets migratoires des endroits qui n’existent que pour créer de la polémique, en leurs offrant un espace d’échanges serein, dans un lieu institutionnel, un lieu de notre République.
  • La nécessité de sortir d’une politique migratoire honteuse en créant un débat documenté avec les acteurs concernés, permettant au gouvernement de rendre compte, qu’il s’agisse des performances, des difficultés ou des avancées.

En 2021, nous avons donc remis à l’agenda parlementaire le sujet migratoire, en instituant une commission d’enquête sur les migrations. Ce colloque en est une autre illustration. Il m’a permis de rappeler l’importance de revenir à un pilotage interministériel de ces politiques publiques.

Concernant l’Europe, j’ai évoqué une actualité controversée, parfois dramatique : nouveaux camps grecs qui associent une progression sur le plan logistique à une régression sur celui des libertés ; guerre hybride de la Biélorussie qui achemine des migrants aux frontières de l’Union en les plaçant dans une situation de grande précarité ; accusations de pushback qui visent notre Agence européenne de garde-frontière et de garde-côtes, Frontex, etc. Ce sont des contextes à considérer sérieusement, d’autant plus dans le contexte de la prochaine présidence française du Conseil de l’Union européenne (PFUE).

Dans cette vidéo, retrouvez également l’interpellation que j’adresse au directeur des étrangers en France, Monsieur le Préfet Claude d’Harcourt, sur la situation de certains demandeurs qui ne parviennent pas à obtenir de rendez-vous en préfecture. La réponse de ce dernier : « Votre interpellation est légitime, nécessaire et est une incitation à agir. »

Retrouvez mon mot de conclusion de ce colloque riche en échanges et informations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Articles Similaires

Sommet Afrique – France de Montpellier et nouvelle relation UE-Afrique – 23.10.2021